Parrainages scolaires individuels

Je parraine un enfant

Lire notre Charte de Parrainage

 

L'autogestion actuelle du programme de soutien au Brésil permet de suspendre nos parrainages individuels en ce pays.  Merci de vous reporter sur un autre pays.

Suite à plusieurs voyages au Brésil et plus particulièrement à Salvador de Bahia, Pierrette POISSENOT, très touchée par la misère des favelas a tout d’abord songé à créer sa propre association afin de venir en aide à cette population très défavorisée. Le bienheureux hasard d’une rencontre avec un adhérent d’Espoir Sans Frontières a guidé ses pas vers nous. Pierrette a donc choisi d’unir ses forces à celles d’ESF en créant au Mans une nouvelle délégation Espoir Sans Frontières.

Pierrette


« Lorsque je suis arrivée en janvier 2009 à Salvador de Bahia, j’ai  pris contact avec Célia, la sœur de mon amie Brésilienne Vilma,
Célia directrice d’école en  retraite est très impliquée dans le tissu social de sa ville, Dias da Vila  à 50 Km au nord de Salvador de Bahia. Elle œuvre, avec son mari, depuis 34 ans, à titre personnel, pour les pauvres des favelas. J’ai été très impressionnée par toutes les actions caritatives qu’elle a pu mener avec ses propres moyens financiers et matériels pourtant bien limités.
 Que de choses elle a pu faire, aidée par son mari Carlos et sa fille Carla pour donner à manger et aider les enfants.

Carla et Celia
 

Nous avons créé une association dénommée : Associacion Filantropic Escola Sam Frontiera, présidée par Célia.
Les enfants et les familles ont été répertoriés, mais la période des vacances n’a pas facilité la tâche. En effet les enfants sont souvent partis dans les familles ou bien employés à travailler.
Il a fallu aussi expliquer aux parents, le but du parrainage, seule Célia avec son expérience pouvait faire cette démarche.

Les jumeaux Michel et Mixaël, ils ont 13 ans et ne sont allés à l'école qu'une seule année faute de moyens financiers de la famille

Octavio est un garçon de 11 ans, excellent élève, remarqué par ses enseignants, mais dont les parents ne pouvaient pas payer les études.

Les premières fiches d’enfants ont été établies et je suis allée avec Célia et Carla  visiter les familles et les enfants chez eux, dans les favelas.
Il a été convenu que l’argent des parrains ne sera pas versé directement aux parents. Ils sont tous dans une telle pauvreté qu’ils n’ont aucune possibilité d’avoir un compte en banque et de plus, la plupart sont illettrés. C’est l’association brésilienne qui gérera chaque dossier. C’est le plus sûr moyen pour que l’argent soit bien utilisé pour l’éducation scolaire  et médicale de l’enfant.

Espoir Sans Frontières fera un contrôle annuel de l’utilisation de l’argent des parrains.
Voilà ce qui a été décidé et mis en place dans un premier temps.
Dans un deuxième temps, il sera nécessaire de créer un local pour cette association.
L’école au Brésil est très déficiente : 40 élèves par « classe »  et  seulement le matin ou l’après midi, faute de places.
Dans ce local nous aimerions installer :
- un bureau pour l’administration de l’association
- des tables, pour que les enfants puissent bénéficier de cours particuliers, dispensés     par  des enseignants bénévoles brésiliens dans la demie journée de libre. Elles serviraient aussi  pour prendre des repas
- un coin cuisine pour confectionner un repas par jour aux enfants parrainés
- un wc  et une douche.
Il faut savoir que la plupart des enfants ne mangent pas tous les jours. Leurs « maisons » n’ont souvent pas d’eau, pas d’électricité, pas de sanitaires, pas de lits, pas de tables… Enfin rien…
Comment un enfant peut-il apprendre s’il a le ventre vide depuis plusieurs jours ?
J’avoue avoir été très touchée par cette pauvreté.
Je suis consciente que notre action sera une petite goutte d’eau dans cet océan de misère, mais unissons nous tous, pour aider un maximum d’enfants qui, grâce aux parrains, pourront avoir accès à l’enseignement et à un métier.

Malgré tout l’Espoir  n’est pas un vain mot. Les enfants et leurs parents m’ont accueillie avec tant de gentillesse que leurs sourires resteront gravés dans ma mémoire.
Célia, Carla, Vilma, Carlos et les autres bénévoles brésiliens m’ont remercié chaleureusement pour l’aide qu’ Espoir Sans Frontières leur apporte par l’intermédiaire des parrains. 
J’espère que nous trouverons très vite des actions pour récolter des fonds et avancer au plus vite nos projets à Salvador de Bahia. Merci  d’avance à tous ».   

 
Pierrette POISSENOT

Mission Haïti
Enfants parrainés
Agissez
Informations

Petits euros

Participez !
_______________


Les brèves

A consulter
_______________

Mariés solidaires
Offrez un cadeau
_____________________

Lauréat 2017

Stop Hunger
_______________

Lauréat 2016

Fondation EDF
_______________


Réseaux Sociaux
facebook

 Twitter Flickr Youtube

Parrainer un enfant | Faire un don | AdhérerContacter l'association
ESPOIR SANS FRONTIERES - 29, rue du Port - 35 600 REDON - FRANCE - 0033 (0) 2 99 71 28 23 - france@espoirsansfrontieres.org

© Copyright Espoir sans Frontières 2010

Ce site a été généreusement réalisé par Malo Jaffré